Final Fantasy XIV ARR Original Soundtrack (1/2)

Composer la bande son d’un MMORPG est une tâche colossale tant le genre implique un univers vaste et une durée de vie infinie. Elle l’est d’autant plus pour Masayoshi Soken sur Final Fantasy XIV : A Realm Reborn (ARR), pour deux raisons. D’abord, ARR est censé faire oublier le naufrage initial de FFXIV, et Soken, bien que fidèle de Square Enix, n’a jamais officié sur la série. Ensuite, bien sûr, remplacer Nobuo Uematsu dans le cœur exigeant des fans de la série relève du miracle. Alors, mission accomplie ? Montez sur vos chocobos, et en route pour une première balade en Éorzéa ! – Critique des pistes 1 à 60.

J’avoue, je joue beaucoup à FFXIV : ARR, alors cette promenade musicale en Éorzéa sera guidée par mon expérience de joueur plus que celle d’auditeur. C’est toujours la même histoire : mises côte à côte sur un même disque, les pistes semblent avoir la même importance, alors qu’en jouant, on se rend bien évidemment compte que certaines reviennent beaucoup plus souvent. C’est particulièrement vrai dans un univers aussi vaste que celui d’Éorzéa : trois zones immenses (le Thanalan, la Noscea, Sombrelinceul), deux plus petites (Coerthas, Mor Dhona) et une infinité de zones instanciées dans lesquelles on se balade encore et encore font que les musiques d’exploration et de combats ont une place importante, alors que les musiques utilisées pour des situations uniques ne sont pas très marquantes. Alors autant le dire tout de suite, l’écoute de la bande son complète est assez pénible : en plus d’être assez inégale, elle est d’une longueur astronomique. Environ sept heures pour 120 pistes, quand même. D’où l’idée de séparer cette critique en deux parties. Mais revenons au Thanalan (n’hésitez pas à lancer la vidéo ci-dessous).

Le Thanalan, c’est la zone désertique entourant la ville commerçante d’Ul’dah. Soken a choisi des rythmes plutôt calmes et des sonorités orientales pour accompagner ces zones rocheuses et ensoleillées, contées par diverses percussions, guitares et flûtes. L’excellente « To the Sun » illustre à merveille ces ambiances aériennes et propices à la balade en vous enveloppant de ses couleurs chaudes. Mais des accents plus orchestraux viennent ponctuer le tout. En effet, Ul’Dah étant une ville luxuriante, il lui fallait un univers musical beaucoup plus majestueux, voire pompeux. Le thème de la ville a donc tout d’une musique royale avec ses cuivres puissants et virevoltants. Le piano de la version nocturne est quant à lui beaucoup plus doux, comme pour illustrer la fraîcheur des nuits orientales.

La Noscea, elle, nous emmène aux alentours de la ville portuaire de Limsa Lominsa où l’air est plus frais, le sol plus humide et les bateaux abondants. Tout comme pour Ul’Dah, on trouve des allants assez majestueux dans le thème de Limsa, mais ceux-ci sont ponctuées par des passages plus « bretons » (biniou oblige), plus dansants, ou tout simplement plus marins. Soken a parfaitement réussi à retranscrire tout l’effervescence d’une ville portuaire dans ce thème, mais il ne s’est pas arrêté là. « On Westerly Wind », le thème des différentes zones de la Noscea, conserve ainsi cette atmosphère marine mais est agrémenté de quelques notes d’évasion entraînantes. À noter que plus on s’éloigne des côtes, plus l’ambiance devient « terrestre », ce qui nous donne notamment le sensationnel passage de la Ravine des Cueillepluies, avec harpe, flûte et chœurs à la beauté éthérée.

La troisième ville du jeu, Gridania, se situe au milieu de la forêt de Sombrelinceul. Les sonorités y sont donc plus boisées, plus naturelles, plus feutrées aussi parfois. Le morceau « Wailers and Waterwheels » qu’on entend dans Gridania fait preuve d’une certaine gaieté, mais toujours avec retenue, comme pour illustrer la joie et la sérénité de vivre en harmonie avec la nature. D’ailleurs, cette piste évoque par moments le thème des Hobbits du Seigneur des Anneaux ! On trouve également quelques passages beaucoup plus mélancoliques qui apportent un peu de variété, notamment dans la version nocturne de Gridania ou lorsque le piano de « Serenity » fait résonner les douces notes de son lever de soleil.

Et puis, ça et là, quelques morceaux en hommage à Final Fantasy viennent faire un petit coucou. La fanfare de victoire bien sûr, mais aussi une reprise du Prelude fantastique (voir plus loin), et une autre moins heureuse : l’écran-titre du jeu s’ouvre en effet sur « Prelude – Discoveries » dont le son synthétique fait un peu peine à entendre. « Battle theme 1.x» fait, lui, figure d’OVNI avec ses sons rétros mêlés à un côté brass band un peu fou, mais c’est un petit régal plein de fraîcheur bienvenu. Bien sûr, le thème des fidèles chocobos est aussi de la partie mais malheureusement, les deux versions de ARR ne sont pas vraiment dignes d’intérêt. Le Primordial Ifrit (photo) bénéficie quant à lui d’un thème de combat orchestral dramatique magistral, « Primal Judgment », composé par Uematsu pour la v1 du jeu et toujours aussi efficace depuis 2010.

Final-Fantasy-XIV-A-Realm-Reborn-Ifrit

Et la baston dans tout ça, justement ? Eh bien, on trouve évidemment d’autres thèmes musclés, par exemple les différents thèmes de boss comme « Torn from the Heavens » et sa reprise épique du légendaire « Prelude ». Non, franchement, intégrer aussi parfaitement ces notes mythiques dans un thème de combat héroïque comme celui-ci, chapeau. Il y aussi la musique des A.L.É.A. « Hard to Miss » et son duo violon/guitare électrique au rythme effréné (Kingdom Hearts ?). À noter que si le thème des combats normaux est unique, son arrangement est à chaque fois adapté à la zone où l’on se trouve. Il y a donc cinq pistes différentes sur le disque, comme par exemple « The Land Burns » lorsqu’on se trouve dans le Thanalan ou « The Land Bends » dans Sombrelinceul. Si l’idée est excellente, je trouve le thème tout de même particulièrement bruyant, pour ne pas dire raté. Il manque de finesse et aurait gagné à être plus discret, ou plus varié dans sa mélodie.

Ce qui m’amène au principal défaut de cette bande son : ses VST. Dommage qu’un jeu de l’ampleur de FFXIV : ARR doive se contenter d’instruments virtuels. La qualité sonore globale en pâtit. Oh, bien sûr, ce n’est pas scandaleux, surtout si on aime le jeu. L’écriture et les VST sont de qualité mais tout aurait gagné en finesse ou en puissance avec un véritable orchestre… Bien, il est maintenant temps de laisser les chocobos se reposer. Je viens de vous parler des 60 premières pistes de la bande son, soit la moitié. Au menu de la seconde partie la semaine prochaine : Coerthas, Mor Dhona, Primordiaux et « End Game ». À suivre…

Avis : Bon

Coups de cœur :

  • Torn from the Heavens
  • To the Sun
  • On Westerly Winds
  • The Rider’s Boon
  • Primal Judgement
  • Under the Weight
  • Forever Lost
  • Thunderer
  • Penitus
  • Primal Timbre
  • Calamity Unbound

Bande originale de Final Fantasy XIV : A Realm Reborn sur PC, PS3 et PS4.
Date de sortie : 26 mars 2014
Prix : 5250 yens (format Blu-ray)
Référence : SQEX-20016 (publié par Square Enix)
Composition : Masayoshi Soken, Nobuo Uematsu…
Crédits complets sur VGMdb.

5 commentaires

  1. Jonah   •  

    Jolie description des thèmes des trois capitales ! Je suis d’accord dans l’ensemble sinon ; peut-être une petite divergence avec les thèmes des chocobos : si je trouve « Bo-Down » peu digne d’intérêt par rapport à toutes les versions de la série, j’aime quand même assez « Eorzea de Chocobo » et sa bruine de notes à la 59e seconde.

    Quant au thème de jour de Limsa Lominsa, je crois qu’il est de notoriété publique que j’en suis profondément amoureuse.

    Vivement la seconde partie !

  2. Jonah   •  

    Ah oui et « Nemesis » m’a bien fait son petit effet aussi aux premiers boss de donjons. Comme tu l’as dit, le plaisir (ou non) d’écoute de la BO est forcément lié à sa propre implication dans le jeu, et je me souviens de la jouissance totale de lancer mon Météore là-dessus alors que la musique atteignait son paroxysme de l’épik. En la réécoutant « à froid », je la trouve un peu répétitive mais tout de même agréable.

  3. Clément   •     Auteur

    Merci pour tes commentaires Jonah !

    Moi aussi j’aimais beaucoup « Nemesis » au début, mais d’autre thèmes m’ont plus marqué ensuite.

    Sinon oui je comprends ce sentiment jouissif, ça m’est arrivé sur quelques combats, notamment Twintania ou Garuda. Quand on les associe à certains de nos faits d’armes héroïques, des musiques sympas deviennent tout à coup grandioses. Bon en l’occurence les musiques de ces deux boss défoncent tout, mais chut, spoiler 😀

  4. Neko-Nyan   •  

    TORN FROM THE HEAVENS !!!

    Je cherchais le nom de cette piste depuis tellement longtemps, merci ! Maintenant je peux l’écouter en boucle 😀

    Sinon, très bonne chronique, ça donne envie d’écouter l’OST :). J’aime beaucoup ce compositeur 🙂

  5. Clément   •     Auteur

    Merci Neko ! Bonne écoute en boucle 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.