Critique : Hideki Sakamoto Trio

Jaquette de l'album Hideki Sakamoto TrioSorti fin mars 2014 à l’occasion du festival de musique de jeu Okinawa Game Takt, Hideki Sakamoto Trio est un album reprenant pour trio avec piano des thèmes composés par Hideki Sakamoto ces dernières années.

Au programme, Echochrome, 428, Attack of the Friday Monsters, Toukiden (deux thèmes) et Time Travelers, pour… Un peu moins de 22 minutes de musique ! C’est peut-être court, mais le disque étant autoproduit par noisycroak records et vendu autour de 1500 yen (une dizaine d’euros au taux actuel), il n’y a pas de raison de se plaindre.

Le thème « Prime#7 » d’Echochrome est un classique que l’on avait déjà entendu interprété par un quatuor à cordes ou par un orchestre. Il gagne ici en fraîcheur à la faveur du piano joué par le compositeur lui-même. Dans le morceau suivant, « Tegami », le même piano sait s’effacer par moments au profit de jolies mélodies chantées par le violoncelle et le violon. La mélodie principale du violon, d’ailleurs, est d’autant plus touchante qu’elle est écrite avec des écarts parfois très grands, notamment un saut d’octave retrouvant son souffle sur le sol 2, à savoir la note la plus basse de l’instrument, au timbre si particulier. Sans avoir fait le jeu 428, on peut deviner que la lecture de la lettre en question est un moment d’émotion intense.

Heureusement, on arrive rapidement au « last theme » d’Attack of the Friday Monsters, un morceau qui respire l’insouciance et la nostalgie, comme le jeu pour lequel elle a été composée. Faites écouter ce titre à un ami en lui disant que c’est issu d’un film du Studio Ghibli, il y a de fortes chances qu’il vous croie !

Dans « Utakata », du jeu Toukiden, le violoncelle et le violon chantent comme une douce complainte, là où la musique originale (dont on peut écouter un extrait sur cette page) tient davantage du thème de village calme. C’est certes différent, mais c’est aussi très joli comme ça ! L’autre morceau de Toukiden, « Oni-utsumono », est également une réussite que ne saurait entacher le minuscule couac de la violoniste en milieu de morceau. Le thème est fort et le développement du morceau très réussi : du très bon Sakamoto.

Pour conclure l’album, le compositeur a repris le thème de Time Travelers, chanté à l’origine par Sarah Àlainn. Sans surprise, c’est aussi beau que la version originale ou que l’arrangement pour orchestre à cordes. Inutile d’en dire plus, chaque ligne de cette musique parle, ou plutôt chante, pour elle… Comme souvent chez Sakamoto.

Denys

Avis : Très bon

Coups de cœur :

  • Utakata
  • Oni-utsumono
  • he final Time Traveler

Un commentaire

  1. Pingback: Musica Ludi – Hideki Sakamoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.